Horraires

Lundi - Samedi 8h-20h

Téléphone

06.20.38.89.21

Email

contact@diogene-proprete.com

Comment venir en aide à une personne souffrant du syndrome de Noé ?

Le syndrome de Noé est un trouble mental très similaire au syllogomanie qui affecte souvent les individus déjà atteints d’autres maladies, telles que la dépression. Cette pathologie amène les individus touchés à entasser des animaux dans leurs maisons et négligent malheureusement les soins nécessaires et l’hygiène générale de leur domicile.

Les porteurs de cette maladie ne réalisent pas que les animaux qu’ils accumulent sont en mauvais état et que la situation s’aggrave et met la vie des animaux en danger. Comment aider une personne souffrant de cette maladie ?

Indentification du syndrome de Noé

Très précisément, une personne atteinte du syndrome de Noé vit avec de nombreux animaux : il y en a tellement qu’il y a un manque apparent d’espace dans le foyer. Les conditions de vie deviennent de plus en plus insupportables aussi bien pour les chats ou les chiens, entre autres, que pour les humains. Aussi, si une personne souffre de dépression en même temps qu’elle a tendance à adopter de plus en plus de rongeurs, chats ou chiens, elle risque aussi de négliger l’hygiène du salon et quelquefois de ne pas s’occuper adéquatement de ses compagnons. Malgré l’évidence (beaucoup d’animaux vivent ensemble dans sa maison, cela devient dangereux pour tout le monde), la victime a nié tout problème. De plus, elle refuse fermement d’être séparée d’un animal, au point de le nier : on dit que c’est normal et qu’aucune de ses compulsions n’est anormale.

Comment aider un individu touché par ce syndrome de Noé ?

Le syndrome de Noé est un état pathologique, même s’il est seulement reconnu comme tel. Il est important de savoir que les individus atteints de cette pathologie ignorent qu’ils représentent une menace pour les animaux qu’ils élèvent. Ils se plaindront alors de la non-reconnaissance et même d’une attaque contre leurs ennemis à cause des animaux.

Cependant, la loi autorise de surveiller partiellement ces situations. Ainsi, les chats de plus de 10 mois ou les chiens de plus de 4 mois en possession d’une personne ne peut excéder neuf.

De plus, cette personne est perçue comme un éleveur et même le gestionnaire de pension ou de refuge pour animaux et est censé enregistrer ses animaux auprès de la DSV ou Direction des Services Vétérinaires.

Dans le cas des autres espèces non traitées dans la loi, il est probablement possible de responsabiliser les sociétés animales ou les DSV pour la gestion de ces animaux.

Il faut cependant noter que les rechutes sont très fréquentes, d’autant plus qu’il n’existe en ce moment aucun thérapie ni traitement adéquat en France.

Soigner la personne atteinte est possible, mais identifier la nécessité d’être soigné est difficile à accepter. Ce sont des gens dans le déni, donc ils ne pensent pas qu’ils sont malades, alors pourquoi devraient-ils se soigner ? S’ils acceptent, c’est sous la pression des pairs principalement par les médicaments obligatoires via l’intervention des parents ou des plaintes imposées.

Comment traiter un patient qui accueille constamment des animaux ?

Si vous remarquez que l’un de vos amis ou proches s’entoure constamment de nouveaux chats, souris, cobayes, lapins et même chiots, vous êtes censé l’aider : sa santé et celle de ses compagnons d’adoption ! Essayez d’avoir la conversation la plus calmement possible, sans l’accuser ni le juger. En fait, votre interlocuteur se mettra probablement en colère si vous attribuez son comportement à un problème ou à une maladie, car il est susceptible de vivre dans le déni.

Alors la solution parfaite est encore de porter la casquette d’un complice, d’un auditeur qui peut savoir que quelque chose ne va pas. Vous pouvez, par exemple, commencer par lui dire que vous le trouvez un peu contrarié et que sa peau est inconfortable. Demandez-lui s’il est de bonne humeur, ou à l’aise dans la vie : il vous dira probablement qu’il n’est vraiment pas heureux, qu’il n’est pas constamment heureux tous les jours.

Essayez d’inciter le patient à courir consulter son médecin pour examiner la situation. Si vous sentez qu’il ne peut pas se rendre seul à ce rendez-vous, vous pouvez y allez avec lui. Cette première étape vous donne l’opportunité d’évaluer la situation et d’apporter les soins adéquats (assistante sociale, psychiatre, psychologue, etc.) pour vous donner l’opportunité de revenir.

Débarras de la maison : quand et comment l’organiser ?

Pour maximiser le potentiel de traitement et prévenir les problèmes de rechute, à un moment donné, tous les éléments inutilement trompeurs doivent être supprimés et la plupart des animaux de compagnie doivent être sous-traités.

À l’inverse de l’accumulation compulsive selon lequel il suffit de trier les objets et déchets à offrir, vendre ou envoyer dans un centre de collecte séparé, ici il faut contacter les associations ou familles qui acceptent les compagnons à quatre pattes.

Au fur et à mesure que l’état mental du patient s’améliore, vous pouvez envisager de vous séparer de l’animal, puis vous débarrasser des objets accumulés de manière compulsive. On commence par s’entendre avec le patient : vous êtes libre de choisir de garder certains animaux dans des limites raisonnables, plutôt que de jeter tout l’équipement.

Pour faciliter, vous avez la liberté de contacter une entreprise œuvrant dans le nettoyage et le déblaiement d’une maison telle que DIOGENE PROPRETE. Une société comme celle-ci apporte professionnalisme et rigueur à chaque intervention. Elle répond à n’importe quel débarras de manière méticuleuse et organisée.

Équipés de produits et de machines adaptés au plan de travail, elle peut intervenir dans les locaux industriels, professionnels et privés, garantissant un nettoyage irréprochable.

En tant que société œuvrant dans la désinfection des lieux, DIOGENE PROPRETE vous offre une gamme complète de services dans le domaine du nettoyage de vos locaux. Elle combat quotidiennement tous les types de virus, bactéries et tout facteur capable de causer une maladie afin que vous puissiez bénéficier d’un environnement totalement sûr et sain. Vous êtes libre d’invoquer ses compétences de désinfection.

Cependant, il est recommandé de faire beaucoup de ménage pour se remettre sur pied. Ainsi, une fois que vous avez déniché une solution pour les animaux de votre proche, contactez une entreprise de débarras qui s’occupera des aspects matériels du problème. En combinant soins appropriés et élimination complète, vous donnez à membre de votre famille ou à votre ami souffrant du syndrome de Noé toutes les chances de guérison et de rétablissement.

Nous contacter

Téléphone

07.67.84.30.90

Email

contact@diogene-proprete.com

Adresse

2 Bis rue Dupont de l'Eure
75020 PARIS

Plus d'articles

Santé

Comment traiter l’incurie ?

Avez-vous déjà entendu parler de l’incurie ? Avez-vous une connaissance ou une proche touchée par ce phénomène, mais vous ne savez pas comment lui venir

Call Now Button