Horraires

Lundi - Samedi 8h-20h

Téléphone

06.20.38.89.21

Email

contact@diogene-proprete.com

Ce que vous devez savoir sur la syllogomanie

La syllogomanie est un problème mental qui touche de plus en plus de personnes. Elle est caractérisée par une accumulation anormale d’objets dans son lieu de vie. Une fois détectée, en plus de la prise en charge médicale, l’une des mesures les plus urgentes à prendre est de contacter les professionnels de Nettoyage Diogène. Ceux-ci rendront à l’environnement encombré sa beauté dans les plus brefs délais.

Syllogomanie en tant que troubles obsessionnels compulsifs

Le Manuel Diagnostique et Statique des Troubles Mentaux en sa dernière version considère la syllogomanie comme un « trouble obsessionnel compulsif » (TOC). Pour mieux comprendre la syllogomanie, commençons donc par parler de la grande famille des Troubles Obsessionnels Compulsifs

Qu’est-ce qu’un trouble Obsessionnel compulsif ?

Un trouble obsessionnel compulsif est un comportement répétitif et sans aucune base logique. Il touche la plupart du temps les enfants et les jeunes. Dans 65 % des cas, cette pathologie se déclare avant les 25 ans de la personne.
Comme exemples de TOC on peut citer le fait de se laver à répétition les mains ou encore le fait de vérifier plusieurs fois que la cafetière est hors-tension, etc. Les victimes de ces troubles sont des personnes très exigeantes en matière de propreté et d’ordre. Elles ont un penchant particulier pour la symétrie. D’autres ont juste développé ces troubles à cause de leurs craintes et peurs irrationnelles. C’est donc pour se sentir plus à l‘aise dans leurs peaux qu’ils sont obligés de faire certains gestes, plusieurs fois dans la même journée.
Ces actes viennent calmer une tendance à faire de la violence chez certains. D’autres effectuent juste ces actions parce qu’ils se sentent responsables de la sécurité de quelqu’un ou du bon fonctionnement d’un appareil par exemple. Certains enfants obsédés par la propreté peuvent exiger à ce que leurs vêtements soit lavés plusieurs fois. Ils ont tendance à ne pas tolérer le désordre d’autres habitants de la maison.

Comment diagnostiquer le TOC ?

Certains comportements sont caractéristiques des troubles obssessionnels comportementaux.

  • Vous craignez les germes, vous n’aimez pas voir la saleté (ce n’est pas mauvais en soi). Cela entraîne chez vous certains rituels comme le fait de vous laver les mains 10 fois et plus par jour. Vous n’arrivez pas à serrer la main des gens, à cause de cette crainte des germes. Vous faites le nettoyage de votre logement ou de votre bureau en permanence.
  • Vous avez souvent des doutes lorsque vous posez un acte. Ces doutes vous poussent à vérifier plusieurs fois si certaines actions tout de mêmes simples ont été bien faites. Par exemple, vous vérifiez plusieurs fois si vous avez bien fermé la porte parce qu’à chaque fois vous êtes envahi par le doute, la crainte de n’avoir pas bien fait.
  • Vous pensez excessivement à la violence ou au sexe, ce qui vous pousse à vous adonner à certains rituels incompréhensibles pour ne pas commettre un forfait.
  • Vous êtes obsédé par l’ordre et la symétrie ; ce qui vous pousse à ranger tout ce qui tombe dans votre champ de vision, un rangement à n’en point finir.

Il faut souligner que le malade ne s’adonne pas à ces rituels par plaisir mais par une sorte de contrainte puisque pour lui, ces actes lui procurent un certain répit face à l’obsession de départ. Il faut noter que le terme TOC ne s’applique que si ces actes affectent la vie normale du sujet et ont une répercussion négative sur ses activités.

Quelles sont les causes des TOC ?

Les actes obsessionnels commencent dès le jeune âge et s’accentuent avec l’âge. Ils peuvent devenir plus prononcés en situation de stress. On ne connait pas la liste complète des causes de ces troubles mais les plus courantes sont :

  • La famille : l’enfant qui voit ses parents s’adonner à de tels actes obsessionnels comme se laver plusieurs fois les mains peut avoir tendance à commencer par les faire aussi.
  • La génétique : il a été démontré que certains gènes seraient responsables des TOC. Il s’agit notamment du gène de la COMT, c’est-à-dire le Catéchol-O-méthyl transférase.
  • Anomalie neurobiologique : Il pourrait y avoir un dysfonctionnement au niveau des neurotransmetteurs de la sérotonine, de la dopamine et de la vasopressine.
  • Dysfonctionnement régional cérébral : Cela touche essentiellement le système assurant le lien entre les ganglions de base, le système limbique et le cortex préfrontal.

Quelles peuvent être les conséquences des TOC ?

Les TOC peuvent avoir plusieurs conséquences. Chez certains, les conséquences peuvent être négligeables mais chez d’autres on peut observer :

  • Une répercussion sur l’activité professionnelle
  • Un isolement anormal
  • Une dépression
  • Anorexie ou boulimie
  • Consommation de drogues et d’alcools.

Qu’est-ce que la syllogomanie au juste ?

Le mot syllogomanie vient du grec sùllogos qui signifie « rassemblement ». C’est le fait de rassembler ou d’accumuler de manière exagérée des objets. C’est le fait de ne rien jeter, une accumulation compulsive. Vous accumulez les objets, papiers et autres chez vous alors que vous ne les utilisez pas et ne les utiliserez plus jamais. La syllogomanie ne tient pas compte de l’utilité ou de la valeur de l’objet. Quelle que soit l’utilité de l’objet, qu’il soit coûteux ou non, vous le stockez chez vous. La syllogomanie, c’est également le fait d’accumuler des objets qui sont soit dangereux, ou rendent votre cadre de vie davantage sale, alors que vous ne les utilisez plus. La conséquence directe est que votre cadre de vie devient une poubelle.
Cette accumulation des objets peut même perturber la libre circulation dans votre logement ou rendre pénible le déroulement des activités basiques quotidiennes comme cuisiner, dormir, se laver ou faire le ménage. Malgré cela, vous n’avez pas le courage de vous débarrasser de ces différents objets encombrants.
Les statistiques montrent que 2 à 6 % de la population adulte souffrent de syllogomanie. Chez les adolescents, le pourcentage est relativement plus bas et est de 2 %. Les filles adolescentes sont dans ce cas les plus représentées. La syllogomanie, lorsqu’elle doit se présenter, fait surface à la pré-adolescence. Avec le temps, si rien n’est fait, elle s’aggrave et devient chronique.
En clair, la syllogomanie, c’est :

  • Accumuler volontairement ou être incapable de mettre à la poubelle un grand nombre d’objets ou de papiers qui pourtant s’avèrent inutiles ou très peu utiles.
  • Vivre dans un cadre de vie super-encombré où les mouvements en sont même perturbés voire devenus impossibles.
  • Ne pas aimer votre des objets à la poubelle. C’est avoir un certain sentiment d’inconfort lorsque l’on voit des objets être amoncelés.

La syllogomanie, lorsqu’elle se développe à un stade avancé peut engendrer des incendies, des infestations d’insectes ou de rongeurs dans le cadre de vie. Elle peut entrainer des blessures répétées à cause du désordre cautionné. Plusieurs autres dangers peuvent être encourus par les individus habitant un tel c lieu de vie. C’est également un mal qui peut détériorer la relation du sujet avec sa famille et ses amis proches.
La syllogomanie est souvent observée chez des individus hyperactifs ou qui manquent d’attention. Ce mal est souvent accompagné d’une phobie sociale et d’un syndrome dépressif inquiétant. En effet, les scientifiques se sont intéressés à un moment aux individus qui consultent souvent pour la dépression et la phobie sociale. En poursuivant leurs recherches, ils ont fini par découvrir ce mal que certains d’entre eux présentaient : la syllogomanie. Ils étaient juste incapables de se débarrasser volontairement d’objets qui pourtant leur sont inutiles.
Le cas le plus typique évoqué pour expliquer la syllogomanie est celui des frères Langley et Homer Lusk Coliyer. Ces frères pouvaient accumuler jusqu’à 136 temnés de bric-à-brac chez eux, un immeuble à trois étages. On dénombre 25000 livres dans le lot. Ils moururent en 1947 à cause du désordre installé chez eux. C’est sous le poids d’une valise et de trois grands lots de journaux que le cadet Langley Collyer mourut alors qu’il rampait pour aller nourrir son frère ainé paralytique et aveugle. Il ne fallut que quelques jours au frère ainé pour qu’il rejoigne son cadet dans l’au-delà, mort de faim.

Quelles sont les causes de la syllogomanie ?

Les causes de la syllogomanie ne sont pas clairement connues jusqu’à ce jour. C’est un mal qui a été retrouvé chez les patients souffrants de différentes affections à savoir :

  • Troubles mentaux organiques schizophrénie
  • Stress post-traumatique
  • Trouble d’hyperactivité accompagné d’un déficit d’attention
  • Syndrome de Diogène
  • Syndrome de Noé

Dans certaines familles, on remarque que les individus ont plus tendance à accumuler des objets. C’est ce qui fait penser que l’une des causes de la syllogomanie serait génétique. Il a été également montré que les individus souffrant de ce mal peuvent avoir quelques disfonctionnements au niveau de leurs cerveaux. Il s’agit essentiellement de dysfonctionnements de communication. Jusque là cela reste une hypothèse puisque ces résultats scientifiques n’ont pas encore été confirmés.
Par ailleurs, les individus souffrant de la syllogomanie sont en général hésitants à se décider, ils ont du mal à prendre des décisions dans leurs vies. On les voit souvent comme des perfectionnistes. Ils n’arrivent pas toujours à discerner ce qui est important de ce qui ne l’est pas, encore moins leurs sentiments de leurs raisonnements.
La syllogomanie est une accumulation pathologique d’objets. Il est donc important de faire un diagnostic pour savoir si c’est effectivement ce dont souffre le sujet ou s’il s’agit juste d’une collection d’objets. Ce diagnostic consiste à évaluer la difficulté du patient à se débarrasser des objets qu’il accumule, l’encombrement de son cadre de vie, sa relation sociale, etc.

Quelles conséquences pour la syllogomanie ?

Les conséquences de la syllogomanie ne sont pas négligeables. Il s’agit par exemple de :

  • Isolement social
  • Incapacité à assainir le cadre de vie à cause de l’encombrement
  • Mauvaise qualité de vie
  • Troubles dépressifs

Il règne dans la maison un chaos total, une ambiance de honte parfaite. C’est d’ailleurs ce qui fait que les victimes de la syllogomanie ne permettent pas les visites chez elles. Sans l’intervention d’une personne extérieure, soit un membre de la famille, un agent d’entretien, un représentant de l’autorité publique ou autre, l’espace ne sera pas dégagé.

Quelques termes proches de la syllogomanie

Il existe certaines expressions assez proches voire confondues, quelquefois à tort, avec la syllogomanie. Notez déjà que la syllogomanie concerne la plupart du temps les livres, les journaux, les publicités, etc. Mais n’importe quel objet peut être concerné : que ce soit de la vaisselle ou des vêtements ou encore des appareils détériorés. Il peut même s’agir d’animaux que le sujet accumule excessivement chez lui.

La bibliomanie

La bibliomanie est le fait de ne pas être capable de se débarrasser des livres, même s’ils sont encombrants et ne sont plus utiles. C’est le fait d’accumuler chez soi et de manière excessive des livres, journaux et revues.

Le syndrome de Noé

C’est également une forme particulière d’accumulation. Cette fois-ci, le sujet aime accumuler chez lui les animaux. En effet, vous accumulez chez vous un nombre exagéré d’animaux mais paradoxalement, vous ‘n’arrivez pas à les nourrir ou à leur assurer les soins vétérinaires minimaux requis. Cette accumulation n’est pas bonne pour la santé des animaux, ni pour la santé de leur maitre/maitresse, encore moins pour l’environnement. Tous les malades atteints du syndrome de Noé sont en effet incapables de cerner la gravité de la situation.
Il a été montré que les femmes âgées de 40 ans et plus et vivant seules sont les plus victimes de ce trouble. Quoi qu’il en soit, le syndrome peut atteindre homme ou femme, quelle que soit l’origine. L’isolement social et la santé défaillante des personnes âgées sont des conditions favorables au développement de ce mal.
Elles acceptent de vivre dans cette condition d’isolement social par crainte de perdre leurs animaux, de ne plus les revoir ou que quelqu’un les tue.
Un cas typique date de 2013 où on a découvert un sexagénaire vivant avec 36 bichons depuis 2009. Tous ces animaux devaient se contenter d’un environnement de 40 m2 sans lumière. Le propriétaire était veuf.
Deux aspects sont donc à noter : les animaux sont en grand nombre mais vivent également dans des conditions déplorables.

Syndrome Diogène

Le syndrome Diogène rappelle le philosophe grec Diogène de Sinope (400 ans av JC) et notifie une certaine négligence du sujet, tant de l’hygiène corporelle que de logement. C’est une sorte de syllogomanie. Cela peut se manifester de deux manières. Soit le sujet a une tendance à récupérer des objets dont il n’est pas dans le besoin, en vue de les rassembler, les accumuler chez lui. D’un autre côté, le sujet n’arrive pas à jeter ses affaires qui sont tout de même devenues inutiles pour lui.
La nuance avec la syllogomanie est que le sujet fait également preuve d’une totale négligence physique ; La syllogomanie quant à elle touche l’accumulation d’objets inutiles dans le cadre de vie. Le sujet atteint de syndrome de Diogène peut porter pendant plusieurs jours consécutifs des habits sales, déchirés, mal entretenus, sans même ressentir la moindre honte.
Il est également isolé et se méfie de tout le monde : médecins, voisins et même membres de la famille. Il se sent en danger de pauvreté ; c’est ce qui lui fait souvent accumuler tout un tas de choses dans l’intention de faire face à l’avenir. Cette accumulation de déchets et d’objets sans aucune valeur oblige les sujets à passer leurs journées dans des environnements malsains. En raison de cette accumulation, l’individu a du mal à entretenir son cadre de vie, ce qui met en danger sa santé.
Notez également que les individus atteints de ce syndrome n’ont pas une vie sociale épanouie. Ils n’aiment pas le voisinage, ne laissent pas la porte d’entrée de leur logement ouverte, ils vivent dans le déni total. Il revient donc à ses proches, ses parents ou même ses voisins de prendre les choses en mains et d’appeler une structure capable de lui venir en aide. Il peut s’agir par exemple d’une structure de nettoyage spécialisée comme Nettoyage Diogène. A tout cela devrait s’ajouter un suivi médical strict.
On parle de Syndrome de Diogène pour désigner le comportement avancé du malade avec une négligence qui ne dit pas son nom. Ce syndrome ne devrait pas caractériser tous les patients atteints de la syllogomanie. Ce n’est pas un synonyme du trouble de syllogomanie mais une composante non négligeable de celui-ci.

La syllogomanie : qu’en dit la science ?

Les statistiques sur la syllogomanie ne sont pas légion. On sait toutefois que 200000 Français auraient au moins une fois été touchés par le mal. Le trouble prévaudrait plus chez les femmes que chez les hommes. Plus l’âge augmente, plus le mal pourrait survenir et plus il s’aggrave chez les sujets l’ayant déjà contracté.
Pour certains chercheurs, il existe une syllogomanie organique et une syllogomanie compulsive. La deuxième expression n’est utilisée que si l’habitude d’accumulation excessive est associée à un TOC. Dans le premier cas, la syllogomanie peut être une conséquence d’une maladie primaire comme un AVC ou une dépression sévère. Par exemple, un individu atteint de lésion cérébrale est un bon candidat pour les troubles d’accumulations pathologiques. De même, la syllogomanie peut être le résultat d’une schizophrénie apparue tardivement dans la vie du sujet.
Une étude a été menée en Australie sur les raisons de l’insalubrité. Il a été montré que la principale raison est la démence, à 35 %. Il s’en suit la toxicomanie à 24 %, la schizophrénie à 15 % et les troubles de personnalité à 7 %. Les autres raisons sont la dépression ou d’autres maladies physiques.

Comment savoir que la syllogomanie a une cause organique ?

Il y a quelques indices qui vous feraient soupçonner que la syllogomanie soit secondaire à un autre problème médical sous-jacent.

  • La syllogomanie survient à un âge avancé
  • Le sujet accumule passivement des objets soit une omission de sortir ses ordures
  • Consommations d’alcool, de drogues, de médicaments de façon constante
  • Développement de nouvelles maladies comme la maladie de Parkinson
  • Ne fait plus les activités de base de la vie quotidienne comme se laver, changer de vêtements, etc.

Que faire face à un cas de Syllogomanie ?

La prise en charge médicale des individus souffrant des syllogomanie reste très difficile. En effet, les malades sont caractérisés par une absence totale de volonté à changer de condition. Ils se préoccupent de moins en moins des normes sociétales. Dans le cas d’une syllogomanie non pathologique, le malade peut éprouver une certaine détresse vis-à-vis de tous ces objets qui encombrent son cadre de vie mais il n’a pas toujours le courage de les jeter. A cause de cette peur de perdre ses possessions, il est réticent à toute aide extérieure. La meilleure solution est donc d’envisager une approche multidisciplinaire.
On peut dans un premier temps envisager l’implication du médecin de famille. L’objectif est de résoudre les problèmes de santé causés par le trouble de syllogomanie (œdème, malnutrition, cellulite) sans devoir faire partir le malade de son foyer, sauf en cas d’extrême urgence. Les équipes de nettoyage sont formées pour jouer leur rôle de façon stratégique afin que le malade ne rentre pas dans une autre détresse. On privilégie donc une approche étapes par étapes.
La thérapie cognitivo-comportementale s’est montrée efficace dans 50 % des cas sur des patients atteints de syllogomanie avec un TOC. Il n’est pas toujours utile de déplacer le patient de son foyer sans avoir jugé sa capacité à prendre conscience de l’écart de ses habitudes par rapport aux normes sociétales.

Faire appel à une société de Nettoyage

L’entreprise de Nettoyage a un grand rôle à jouer dans la prise en charge du malade de syllogomanie. Elle se chargera de remettre en état le logement afin de recréer un environnement vivable, sans dangers pour les futurs habitants. Les objets inutiles seront enlevés en vue d’éviter toute future accumulation. Nettoyage Diogène a à son actif des équipes professionnelles qui se chargeront d’assainir l’environnement du patient dans les plus brefs délais.
Il est important de faire appel à un service de nettoyage spécialisé pour s’assurer de ce que le désencombrement est fait dans les règles de l’art et que les futurs occupants du logement n’encourent aucun risque.

Nous contacter

Téléphone

07.67.84.30.90

Email

contact@diogene-proprete.com

Adresse

2 Bis rue Dupont de l'Eure
75020 PARIS

Plus d'articles

Santé

Comment traiter l’incurie ?

Avez-vous déjà entendu parler de l’incurie ? Avez-vous une connaissance ou une proche touchée par ce phénomène, mais vous ne savez pas comment lui venir

Call Now Button