Horraires

Lundi - Samedi 8h-20h

Téléphone

06.20.38.89.21

Email

contact@diogene-proprete.com

Comment se passe la décontamination après un incendie ?

Lorsqu’une maison, un bureau, un bâtiment a été touché par un incendie, il est nécessaire de restaurer l’environnement. Il s’agit donc d’éliminer toute trace de poussière et de suie noire, qui est cancérigène.
Il faudra procéder par une décontamination de chaque pièce concernée en termes de matériaux utilisés pour les sols et les revêtements muraux.
Dans cet article, on vous montrera comment y procéder à l’aide des outils appropriés.

Décontamination après incendie : technologie de déglaçage

L’une des technologies les plus utilisées dans le nettoyage après incendie est le nettoyage cryogénique ou projection de glace. Il s’agit d’une méthode rapide, dans le plein respect de l’environnement. Mais elle doit obligatoirement être réalisée par du personnel spécialisé dans la lutte contre l’incendie. Ce personnel doit être en possession de toutes les machines et technologies adaptées à la réalisation de ce type d’intervention. Cette technologie est utile pour nettoyer les revêtements muraux, mais aussi les meubles, les vêtements, les appareils électroménagers et les systèmes électriques et de refroidissement.
Pour le nettoyage cryogénique post-incendie, un matériau abrasif est toujours utilisé pour éliminer les résidus. Mais dans ce cas, le matériau abrasif est de la neige carbonique. C’est du dioxyde de carbone liquide, qui se transforme en petites boules de neige carbonique, à une température de -79°c environ. Ce jet très froid est tiré à une vitesse de 300 m/seconde sur tous les objets à nettoyer. L’effet est que la saleté se « contracte » sous le jet froid du nettoyage cryogénique et se détache de la surface.
Elle génère notamment deux phénomènes qui, conjugués, détachent la saleté de la surface :

  • Le premier phénomène est connu sous le nom de dilatation thermique et permet une séparation entre la saleté et la surface.
  • Le deuxième phénomène est la sublimation du CO2, qui à l’état gazeux a un pouvoir « détartrant », car le gaz se dilate à l’intérieur du substrat à éliminer. Le résultat est surprenant, à la différence que, comparé au nettoyage et au sablage, le nettoyage cryogénique post-feu n’est pas une méthode strictement abrasive.

Décontamination après incendie : désodorisation enzymatique

La phase de désodorisation est indiquée pour éliminer les mauvaises odeurs. Ces dernières sont laissées par les fumées, la poussière, et toute autre substance qui est entrée en contact avec les surfaces à cause d’un incendie.
Il faut au préalable chauffer les pièces à traiter avant de procéder à la décontamination. La première décontamination des pièces s’effectue en aspirant les poussières lourdes à l’aide d’aspirateurs industriels. Ces équipements professionnels spécifiques, équipés de filtres spéciaux, sont capables de libérer des ions positifs dégraissants et désodorisants. Grâce à ces équipements, il est possible d’aspirer la poussière mais, aussi de décontaminer l’air lui-même.
L’environnement est ensuite traité avec des produits tels que l’ozone et les enzymes. Tout en neutralisant totalement les mauvaises odeurs, ils éliminent les micro-organismes et les bactéries.
En particulier, la désodorisation enzymatique est une biotechnologie efficace et rapide pour un assainissement correct de l’air et de l’environnement. De même, elle agit sur les surfaces endommagées de manière définitive et rapide.

Décontamination après incendie : ozonisation

Cette procédure permet de décontaminer et de neutraliser l’air contaminé de l’environnement endommagé. Grâce à ce procédé, en effet, l’oxygène est exploité pour produire de l’ozone. Par oxydation, il permet d’éliminer les particules malodorantes du feu. La désinfection à l’ozone permet également la restauration totale des murs, sols, plafonds, meubles et tissus sans l’utilisation de produits chimiques.
Le traitement à l’ozone agit en profondeur dans la désinfection et la désodorisation des mobiliers. Il peut s’agir des tapis, rideaux, canapés, matelas et tissus d’ameublement en général. Ces meubles peuvent avoir été affectés par des odeurs de renfermé, des fumées de feu.

Décontamination après incendie : désamiantage

Intervention de remédiation de l’amiante : matériaux isolants avec des fibres cancérigènes

Une problématique émergente est le désamiantage et les fibres minérales. Dans les cas où la présence d’amiante est constatée, il est nécessaire d’intervenir avec des systèmes de récupération adéquats.
Aux fins d’élimination, les fibres sont classées en tant que déchets dangereux.
Les fibres peuvent être classées en 1re catégorie (irritantes), 2e catégorie (potentiellement cancérigènes) et 3e catégorie (cancérigènes). Et cela, en fonction du diamètre géométrique moyen pondéré et de la teneur en acides alcalins.

La remédiation post-incendie

Dans les incendies, un cas particulier est celui résultant de la rupture structurelle de toitures recouvertes d’un matériau en amiante-ciment et isolées avec des fibres minérales. Dans ces cas, l’effondrement conduit à la formation d’un déchet constitué de fragments d’amiante de différentes tailles mélangés à des résidus de combustion et des structures effondrées.
L’intervention se fait avec les opérations suivantes :

  • Sécurité des parties dangereuses des structures et des systèmes. Elle est réalisée dans le but d’empêcher les effondrements inattendus d’augmenter le matériau mélangé à l’amiante déjà présent sur le sol ;
  • Installation d’un système modulaire de dépoussiérage, composé de canons à eau pulvérisée. Ces canons évitent la dispersion par le vent des fibres d’amiante et la nécessité d’effectuer des opérations manuelles d’encapsulation. La technique particulière utilisée évite le ruissellement. Il est dû à une utilisation surabondante de l’eau et son élimination conséquente, typique des systèmes de pulvérisation ;
  • Désamiantage des structures et des machines pour minimiser la production de matériaux contaminés par l’amiante. Et par conséquent, leur décontamination est réalisée in situ en lavant les structures effondrées et écrasées de taille adéquate avec de l’eau à basse pression ;

L’eau utilisée est traitée dans une station d’épuration mobile. Elle est équipée de filtres modulaires capables de retenir les fibres d’amiante avant leur rejet.

Conclusion :
Sans décontamination après incendie, la suie peut rester déposée même dans les espaces les plus impensables. Pour y procéder correctement, il est toujours conseillé de consulter des professionnels. Notamment les entreprises spécialisées dans la réhabilitation après incendie. Ce sont eux qui répareront le sinistre et vous aideront également à clarifier les dégâts causés.

Nous contacter

Téléphone

07.67.84.30.90

Email

contact@diogene-proprete.com

Adresse

2 Bis rue Dupont de l'Eure
75020 PARIS

Plus d'articles

Call Now Button